Los Arcos sur Pierre-Alglave.fr

Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle du Puy-en-Velay au cap Finisterre

34ème jour : Los Arcos (21 kilomètres)

Los Arcos

 

dimanche 28 septembre
Une fois arrivé à Los Arcos :
- j'aurai parcouru 884 kilomètres
- il en restera 756 à faire.

[DIAPORAMA : les photos ci-dessous comportant un copyright peuvent être visualisées dans un format plus grand. Il suffit de cliquer dessus puis de naviguer en cliquant sur les marqueurs NEXT ou PREV qui apparaîssent quand on survole la photo agrandie avec la souris dans la partie droite ou gauche.]

Dimanche 28 Septembre, Estella.

La nuit fut difficile. Au-dessus de moi Jonathan, le  Suédois, s'est agité toute la nuit et pendant qu'il maniait son drakkar vers quelques terres inconnues, j'avais le mal de mer dans la soute. Après le ronfleur, le tousseur (espèce peut-être encore plus redoutable que la précédente ; chaque fois que vous commencez à vous assoupir, une toux vient percuter vos tympans et vous extrait sans ménagement de cette douce torpeur pour vous replonger dans les affres de l'insomnie) voici donc le remueur. C'est le zoo des dortoirs.

Ce matin lever en musique vers les 7h avec Bob Marley et lumière obligatoire. Ce n'est pas excessivement tôt sauf que désormais il faut composer avec les habitudes espagnoles, tout le monde s'agite et  parle jusqu'à l'extinction des feux à 22h. Les 5,5 euros payés à l'arrivée donnent  également droit à un petit-déjeuner, rien d'extraordinaire mais pour ce prix difficile d'espérer beaucoup mieux, le gîte et le couvert ce n'est déjà pas mal.

Peu après la sortie de la ville je rattrape Sandra. Hier elle a trouvé porte close au refuge qu'elle avait repéré à l'entrée de Villatuerta. Elle a donc repris la route et s'est traînée jusqu'au premier refuge, à l'entrée d'Estella. Un groupe de Français d'un certain âge qui voyagent avec un minibus transportant leurs bagages l'a prise sous leur protection, l'aidant à se soigner et l'invitant à partager leur repas. Ce matin elle se sent un peu mieux. Nous repartons ensemble. Le temps est clair mais frais, la polaire n'est pas de trop.

9h, Irache, arrêt obligatoire à la Bodega Irache où une « fontaine de vin » nous invite à nous « rafraîchir ». Je sacrifie, avec modération, la route est encore longue, à cette tradition. Ma foi le vin n'est pas mauvais. Le monastère vient juste d'ouvrir : bel ensemble, beau cloître.

Midi, petite pause au milieu d'un champ de vignes non loin de Villamayor de Monjardin, il y a des raisins blancs, des raisins noirs, le soleil est magnifique, il fait chaud mais ce n'est pas accablant. En route nous passons devant la Fontaine des Maures, La Fuente de los Moros, et nous croisons à plusieurs reprises Anna Maria au gré des pauses de chacun.

16h arrivée à Los Arcos après avoir traversé des paysages magnifiques, enfin moi je les trouve magnifiques, il y a des vignes, des oliviers, mais l'ensemble fait «désertique », d'autant plus qu'il y a beaucoup de terres labourées qui renforcent la dominante ocre.

Au gîte, je retrouve beaucoup de gens qui étaient à Estella. Nous partageons une chambre à deux lits superposés avec un couple de Fran çais qui découpe le Chemin par tranches d'une semaine. Ils partagent cette aventure à épisodes avec cinq autres couples, mais apparemment ce n'est pas facile à organiser, il y a toujours au moins un couple qui a un empêchement et qui doit «rattraper»  les épisodes manquants.

Visite de la cathédrale Santa Maria. De l'extérieur rien de spécial mais quand vous franchissez le porche c'est extraordinaire, une véritable surprise, une débauche de baroque. Je ne saurais pas dire si c'est beau, je reste ébahi. Il y a aussi un cloître très joli avec beaucoup de fleurs, pas extraordinaire mais bien conservé.

Un somptueux carillon de cloches, comme souvent sur le Chemin en Espagne, accompagne la visite de la ville :

Aujourd'hui c'est dimanche et le problème du ravitaillement se pose à nouveau. Pas grand-chose d'ouvert. Nous échouons dans un bar qui sert des platos combinados.  La salle est enfumée, la télévision hurle, les gens hurlent : il y a un match de football. Un vrai bonheur ! En temps normal je serais parti en courant, apparemment je suis quand même devenu zen, plus rien ne m'atteint, je savoure mon repas.

20h je fais mon rapport sur mon dictaphone et des enfants jouent autour de moi. Ils me proposent des chips et nous échangeons quelques mots, ils ne sont pas farouches :

Voilà deux jours que je marche sans attelle et tout se passe bien. Il faut dire que le rythme n'est pas très soutenu, avec Sandra j'apprends à marcher lentement. Ce n'est pas désagréable mais le rendement est faible, il faudra donc probablement se séparer mais ç'aura été un moment sympathique. Gros avantage, nous ne sommes pas en compétition, c'est plus tranquille qu'avec un homme ; ils se sentent  toujours obligés de faire mieux et moi je me sens obligé de répondre à ces provocations. Si en marchant nous parlons  rarement, pendant les pauses nous échangeons un peu plus, principal sujet :  Dieu. Et oui, nous sommes quand même sur le Chemin de Compostelle ! Elle a rencontré Dieu, pas celui des chrétiens ou d'autres religions, non, un Dieu plus universel, plus intérieur. Elle a fait une retraite de plusieurs mois en Italie où elle a étudié des textes anciens, philosophe grecs, écritures hindoues ... et elle a eu la révélation. Sa vie en a été radicalement changée et elle a tout quitté pour vivre dans un ashram. Pour elle le Chemin est un lieu qui baigne dans la spiritualité et elle ne s'y sent pas étrangère, au contraire. Pour éviter toute ambigüité je lui ai annoncé que je ne croyais pas en Dieu et que je ne ressentais ni le besoin ni la nécessité d'y croire, que je croyais dans « La vie » dont nous et tout ce qui nous entoure faisons partie et que Dieu ne m'y semblait  pas nécessaire pour expliquer ou faire fonctionner tout ça. Bref mes premiers débats métaphysiques sur le Chemin.

Demain, Logroño à 29 km

En route pour Rome !
J'ai commencé la rédaction de mon carnet de route sur ma marche en solitaire jusqu'à Rome par la via Francigena.
C'est ICI !
Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, via Podiensis puis Camino Frances

Première étape < | Liste des étapes | > Dernière étape

malric robert
Commentaire
on se régale de te lire
Commentaire #1 du : Tue 16 June 2009, 20:42:13
Pierre
surement que tu vas faire un livre.?
j'en acheterais un et j'en parlerais.
je suis un petit pèlerin en route.!!...
amicalement
robert
Pierre
Commentaire
Régalade
Commentaire #2 du : Tue 16 June 2009, 21:00:24
Bonjour Robert,
Je vois que tu chemines sur mes pages.
Merci d'apprècier. Pour le livre c'est à étudier.
Bonne route
maguy
Commentaire
bravo les enfants!
Commentaire #3 du : Mon 03 June 2013, 21:33:02
et bravo aussi à toi pierre,
ton site est super, et quelle bonne idée, on a même le son!
avant même de commencer le camino frances,j'ai appris un mot espagnol :patos, ça peut toujours servir!
bueno camino!
Pierre
Commentaire
RE : bravo les enfants
Commentaire #4 du : Tue 04 June 2013, 13:41:19
Bonjour Maguy,
Content d'avoir pu vous êtes (un peu ;o) utile.
Buen Camino

Ecrire un commentaire

  • Les champs indispensables sont marqués avec le caractère *.

Si vous avez des problèmes pour lire le code, cliquez sur le code pour en générer un autre.
Recopier le code de sécurité anti-spam ci-dessus :
 
Tous droits réservés Pierre ALGLAVE. Utilisation et reproduction interdites sans accord préalable.
Haut de page