Mansilla de las Mulas sur Pierre-Alglave.fr

Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle du Puy-en-Velay au cap Finisterre

45ème jour : Mansilla de las Mulas (38 kilomètres)

Mansilla de las Mulas

 

jeudi 09 octobre
Une fois arrivé à Mansilla de las Mulas :
- j'aurai parcouru 1205 kilomètres
- il en restera 434 à faire.

[DIAPORAMA : les photos ci-dessous comportant un copyright peuvent être visualisées dans un format plus grand. Il suffit de cliquer dessus puis de naviguer en cliquant sur les marqueurs NEXT ou PREV qui apparaîssent quand on survole la photo agrandie avec la souris dans la partie droite ou gauche.]

Jeudi 9 octobre je quitte Sahagun, il est environ 8h, il fait assez frais, le ciel est uniforme mais il est encore impossible de savoir s'il est bleu ou gris, en tout cas il ne pleut pas.

En partant ce matin j'ai charrié le cycliste d'Hornillos en lui  annonçant que c'était aujourd'hui que je le semais. A chacun son rythme.

A la sortie de la ville je traverse un vieux pont et dessous il y a plein de canards. Je sais, ce détail ne vous intéresse peut-être pas mais moi ça me plaît. C'est le Rio Sea.

Donc aujourd'hui direction Reliegos et plus si affinité.

13h, je suis à environ 1h de Reliegos en plein milieu de la meseta.
Depuis ce matin c'est plat ;  au fond les montagnes. Heureusement ils ont eu la gentillesse de planter des arbres le long du chemin. Nous sommes en octobre, au mois d'août cela doit être l'enfer. Cela semble désert mais en fait c'est cultivé, à côté de moi, à ma gauche, un champ de blé qui vient d'être moissonné et à ma droite un champ qui vient d'être labouré. Je suis tout seul au milieu de nulle part et j'aime ça.

En route encore un monument en souvenir d'un pèlerin décédé sur le Chemin, il semble que ce soit un Allemand cette fois-ci.

Il y avait le choix entre deux chemins, de même longueur à 500 m près. Celui que j‘emprunte actuellement suit une ancienne route mais depuis ce matin j'ai vu passer un tracteur, deux voitures et un cycliste, donc, à moins d'être vraiment allergique à la vue du bitume, ce n'est vraiment pas gênant. L'autre variante passait à travers champs. Le guide indiquait  que le balisage y était parfois déficient donc possibilité de s'égarer et d'avoir à revenir sur ses pas, ce qui sur les grandes distances peut-être pénalisant, et que le chemin était mal empierré, ce qui d'une part n'est pas bon pour les chevilles, est fatiguant et moins « roulant ». D'où mon choix, ici ça «roule» ;  j'aime bien, on prend un rythme  « tchac, tchac, tchac, tchac,... » et on ne le lâche plus, on peut tenir des heures.

Ce matin avant la bifurcation entre la variante A et la variante B j'ai retrouvé Anika et nous avons marché un moment ensemble. Elle m'a remercié de l'avoir accompagnée il y a quelques jours entre Belorado et San Juan de Ortega ; elle avait le cafard et elle pensait même abandonner ; avoir été entourée à ce moment là l'avait aidée à  retrouver ses motivations. Je lui ai dit que mis à part le plaisir d'avoir voyagé avec elle je n'y étais pas pour grand-chose, l'idée m'avait été soufflée par quelqu'un à l'auberge qui avait détecté son passage à vide. Maintenant elle voyage avec un petit groupe, ils sont 4 ou 5, ils ont choisi la variante sans route, nous nous  retrouverons peut être au bout.


La meseta

14h15 je quitte Reliegos, j'y suis arrivé une demi-heure plus tôt. Je ne vais quand même pas m'arrêter à 2 h de l'après-midi, donc je continue. L'envie d'aller jusqu'à Leòn me démange mais 55km dans la journée ça fait quand même beaucoup. Donc soyons raisonnable.

A Reliegos  j'ai pris un sandwich au jambon, un bocadillo de jamon serano. Le serveur  prend un demi-pain qu'il ouvre en deux, découpe de petites lamelles d'un jambon cru et les dépose sur le pain jusqu'à former une couche d'un bon centimètre puis il referme : c'est prêt. Pas de beurre, pas de cornichon, pas de salade ou autre fioriture.  Quand il vous tend le truc on se dit qu'on n'y arrivera jamais. Et bien si, il faut bien sûr ne pas avoir peur d'ouvrir la bouche en grand, mais le pain est frais, bien tendre, le jambon est moelleux et tout passe comme une lettre à la poste. Bon d'accord, j'ai été aidé, il a fallu que je partage avec un chaton qui a sauté d'autorité sur mes genoux et s'est agrippé à mon sandwich. Comme je tentais de sauver mon repas il s'est attaqué à mes doigts, j'ai trouvé plus prudent de lui en donner des petits bouts. Il devait être affamé. Un moment bien agréable avec ce voleur. A nos pieds un vieux chien moins intrépide lançait des regards implorants : il a fallu encore lâcher du lest. Bref un sandwich bien adapté aux circonstances.

Tout ceci se passait en terrasse, mot bien pompeux pour désigner les trois ou quatre tables jetées en face de ce qu'il faut bien appeler un boui-boui. A la table voisine il y avait des Allemands dont l'un ne supportait pas les mouches. C'est vrai qu'il y en avait quelques unes mais rien d'intenable. A chaque fois que l'une d'elles se posait sur sa table « schlack ! », un coup de guide pour anéantir l'indésirable. Un de ses compagnons m'a pris en photo avec le chaton, s'il se reconnaît j'aimerais bien avoir ce gentil souvenir.

Il fait très beau, de temps en temps heureusement il y a un peu de vent, il ne fait pas trop chaud.

15h30 Mansilla de las Mulas. J'ai un lit. J'ai eu une petite frayeur, tout avait l'air plein. L'hospitalier n'était pas là, il fallait s'installer en attendant son retour. Dans la cour une ambiance de club de vacances, chaque dortoir que je visite est plein, heureusement il en reste un au fond pratiquement vide mais il ne va pas tarder à se remplir car tous les copains qui ont choisi la variante B vont bientôt débouler.

J'ai abandonné l'idée saugrenue d'aller jusqu'à Leòn, aujourd'hui j'ai déjà fait 38 km, ce n'est pas la peine d'aller jusqu'au prochain gîte (à 10 km) puisque de toute façon je vais prendre le temps de visiter Leòn qui n'est plus qu'à 17 km. Donc je me calme et je profite de la fin de journée : il fait très beau.

Le voyage a bien failli se terminer ici : je suis entré dans la salle des douches pieds nus, le sol était mouillé, je ne me suis pas méfié, je suis parti dans une glissade non contrôlée...  heureusement j'ai réussi à me raccrocher à une porte entr'ouverte sinon c'était fini. Comme quoi tout peu arriver.

Comme prévu le dortoir s'est rempli et il a même fallu ouvrir une annexe pour accueillir tous les pèlerins qui ne cessaient d'affluer. Au moment de s'inscrire l'hospitalier demande de choisir une carte dans un tas propre à sa langue : espagnol, anglais, français, allemand... J'ai pioché « Ce n'est pas le monde qui change, c'est vous qui avez changé ». Une petite méditation s'impose !

Les marcheurs qui ont pris la variante par les champs arrivent épuisés. La route leur a paru interminable. Sur le chemin rectiligne qui suivait la route je n'ai pas eu cette impression, sans doute parce qu'il permettait de prendre un rythme régulier qui permet de penser à autre chose.

En ville je retrouve Rémi et son père ainsi que Daniel, celui qui compagnonnait avec le « mec sérieux » dont il me demande des nouvelles.

Le soir Anika me propose de partager sa table avec ses compagnons de route. J'accepte bien volontiers. Encore une fois nous nous tassons à cinq autour d'une table pour quatre. En plus d'Anika il y a Jonathan, Kristen une Danoise, Paul un Breton, encore un « étranger » . Repas très sympathique. Voilà plusieurs soirs que je suis invité comme cela, je vais finir par croire que je suis un compagnon agréable.

Demain, Leòn,  j'ai prévu d'y passer deux nuits pour avoir le temps de visiter la ville. Peut-être même vais-je m'offrir une chambre, une « pension », un petit peu de confort.

En route pour Rome !
J'ai commencé la rédaction de mon carnet de route sur ma marche en solitaire jusqu'à Rome par la via Francigena.
C'est ICI !
Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, via Podiensis puis Camino Frances

Première étape < | Liste des étapes | > Dernière étape

L'inconnue brune ou presque
Commentaire
Re: Mansilla de las Mulas
Commentaire #1 du : Wed 01 July 2009, 14:39:24
Sympa la vidéo mais bon sang que je n'aime pas ces paysages plats et grillés ! A quoi le regard peut-il s'accrocher pour distinguer un but, une étape, une pause ? Quant au clocher il m'en rappelle un autre ! Est-il lui aussi sans contreforts ?
Pierre
Commentaire
Accrocher le regard
Commentaire #2 du : Wed 01 July 2009, 16:39:11
Bonjour l'inconnue, je pourrai répondre que c'est l'occasion d'accrocher son regard sur l'intérieur plutôt que sur l'extèrieur...le but est dans la tête pas besoin de le voir.
Pour ce qui est du clocher, après recherche sur Internet, cette église est du 17° bâtie sur et avec les restes d'une église ancienne qui était déjà présente en 1220. Mais je n'ai pas trouvé mention de présence ou non de contrefort.
L'inconnue brune ou presque
Commentaire
intérieur extérieur
Commentaire #3 du : Thu 02 July 2009, 09:30:54
Bof bof le regard sur l'intérieur mais bon, le pèlerin est de plus en plus dans sa quête ;o)
Sans doute l'habitude des montagnes me fait-elle préférer les paysages à relief à la platitude, non pas pour que le regard bute mais pour qu'il s'élève :o))))
Pierre
Commentaire
Elévation
Commentaire #4 du : Thu 02 July 2009, 09:46:08
Quand le regard s'élève trop c'est le pied qui bute :)

Ecrire un commentaire

  • Les champs indispensables sont marqués avec le caractère *.

Si vous avez des problèmes pour lire le code, cliquez sur le code pour en générer un autre.
Recopier le code de sécurité anti-spam ci-dessus :
 
Tous droits réservés Pierre ALGLAVE. Utilisation et reproduction interdites sans accord préalable.
Haut de page