Santillana del Mar sur Pierre-Alglave.com

D'Auffargis dans les Yvelines à Saint Jacques de Compostelle par le chemin de la côte

41ème jour : Santillana del Mar (34 kilomètres)

Santillana del Mar

 

Lundi 28 septembre
Une fois arrivé à Santillana del Mar :
- j'aurai parcouru 1250 kilomètres
- il en restera 548 à faire.

Lundi 28 septembre, 20h30 à Santillana del Mar où Christian et moi sommes arrivés un peu avant 17 h, une très belle ville qui attire énormément de touristes. Il fait nuit, doux mais humide, car si la ville ne tient pas la promesse lancée par son nom la mer n'est quand même pas très loin.

Une journée ... un peu difficile. Même en réduisant la distance de 44 à 34 km grâce à des raccourcis il faut bien l'avouer, j'ai ramé. Si le trajet s'est déroulé pratiquement entièrement sur goudron son profil n'était pas bien méchant mais il a fait chaud, très chaud, et surtout depuis Güemes j'ai attrapé un rhume qui m'empêche de respirer correctement et pompe toute mon énergie.

A Santander, le bar La Barruca qui gère le refuge, proposait un petit-déjeuner pèlerin pour 2 euros à partir de 7h. Avec quelques autres impatients nous y fûmes à l'heure dite mais il fallut attendre 7h30 dans le froid du petit matin pour que la porte s'ouvre. Décidément ce bar fut bien décevant.

C'est vers 11h après une interminable traversée de Santander et de sa banlieue que nous atteignîmes Boo de Pielagos. A défaut d'avoir trouvé ce bar où depuis un long moment déjà nous nous imaginions savourant un café accompagné de quelques pâtisseries, nous nous rabattîmes sur un « supermercado » dont nous dûmes attendre l'ouverture (il y a des jours comme ça !) avant de pouvoir consommer nos achats, du jus d'orange et quelques biscuits, assis par terre devant le magasin. Il nous fallait prendre quelques forces et un peu de repos pour apprécier en toute sérénité la dangerosité du raccourci qui nous était proposé : suivre le ballast de la voie ferrée puis le pont ferroviaire qui traverse le rio Pas pour éviter une boucle de 7 km par le pont routier plus en amont. Arrivés à proximité de la voie nous prîmes le pouls du trafic : peu de trains mais, comme cela, vus de près, ils paraissaient rouler vite, très vite ! A condition de ne pas s'attarder et de bien s'écarter des voies cela nous parût jouable. Le pont n'était même pas en vue, l'épreuve serait longue. Nous voilà donc sur le ballast surveillant l'horizon d'où pourrait débouler le danger. La marche s'y avéra pénible, les pieds roulant sur les cailloux et nous interdisant d'aller aussi vite que nous l'avions envisagé. Parfois pour maintenir une distance rassurante avec les rails, nous dûmes marcher sur le muret qui longeait la voie quand celle-ci surplombait les champs environnants : le genre de situation où je me sens parfaitement à l'aise ! Puis ce fût le pont précédé d'un panneau orné du signe « sens interdit » souligné par l'encourageant « Prohibido el paso ». Grosse hésitation : l'espace entre la voie et la structure du pont est très étroit et nous nous demandâmes ce qu'il nous en resterait lors du passage d'un train. Par référence à tous ces films d'aventure où le héros lui n'hésite pas, nous projetâmes de nous jeter à plat ventre en cas de croisement avec le monstre. Rien à l'horizon, adrénaline et inconscience coulant à flot nous nous engageâmes puis franchîmes l'obstacle au pas de course. Aucun train. Je ne suis pas sûr de le regretter.

Ensuite nous empruntâmes à nouveau un raccourci d'environ 3 km, celui-ci sans péril, évitant simplement la traversée de quelques petits villages sans doute ravissants mais je commençai déjà à peiner.

Puis ce fut la région industrielle de Barreda où, noyée au milieu des usines, une petite gare se donnait des allures d'accessoire pour train miniature. En route des panneaux signalaient la proximité des grottes d'Altamira que je n'avais jamais visitées ; ce ne serait pas non plus pour cette fois.

A l'arrivée sur Santillana del Mar un gros bâtiment crénelé signalait que nous n'arrivions pas n'importe où. Déboucher face à la collégiale, passer pratiquement sans transition de la campagne paisible et déserte à cette cité médiévale, véritable décor de cinéma, fut un éblouissement, une récompense malgré la présence de nombreux touristes.

Pour nous immerger encore un peu plus dans l'ambiance, le refuge se trouve sur cette même place, dans l'enceinte du musée Jesus Otero dont il faut traverser le jardin puis les salles d'exposition pour trouver la personne responsable de l'accueil. Cette auberge n'est pas très grande et l'équipement est sommaire mais on peut s'attabler dehors et tout y est paisible.

A notre grande surprise ce soir Norbert nous a rejoint. Il avait fait étape à Güemes alors que Christian continuait sur Santander ; aujourd'hui il a marché jusqu'à Santander où il a pris le bus : toujours cette tendinite qui le martyrise, il ménage sa cheville. Il y a aussi une jeune femme d'Argentine dont je n'ai pas bien compris le nom et avec qui Norbert a déjà fait un bout de Chemin ; elle a l'air un peu sauvage, sur la réserve ; elle s'est enfermée dans l'un des deux dortoirs qui du fait même est devenu celui des dames. Martin est également ici.

Donc, il est 20h30, les restaurants s'ouvrent, il est temps d'aller manger, je vais secouer Christian qui roupille.

  • Flèche vers Compostelle  » Click to zoom ->

    Flèche vers Compostelle

  • Flèche vers Compostelle  » Click to zoom ->

    Flèche vers Compostelle

  • Flèche vers Compostelle  » Click to zoom ->

    Flèche vers Compostelle

  • Flèche vers Compostelle  » Click to zoom ->

    Flèche vers Compostelle

  • Raccourci  » Click to zoom ->

    Raccourci

  • Raccourci, le pont  » Click to zoom ->

    Raccourci, le pont

  • Barreda  » Click to zoom ->

    Barreda

  • Barreda  » Click to zoom ->

    Barreda

  • Pigeonnier  » Click to zoom ->

    Pigeonnier

  • Sur le Chemin  » Click to zoom ->

    Sur le Chemin

  • Arrivée à Santillana del Mar  » Click to zoom ->

    Arrivée à Santillana del Mar

  • La collégiale Santa Juliana  » Click to zoom ->

    La collégiale Santa Juliana

  • Collégiale Santa Juliana  » Click to zoom ->

    Collégiale Santa Juliana

  • La ville  » Click to zoom ->

    La ville

  • La ville  » Click to zoom ->

    La ville

  • Les rues  » Click to zoom ->

    Les rues

  • Collégiale Santa Juliana  » Click to zoom ->

    Collégiale Santa Juliana

  • Le cloître  » Click to zoom ->

    Le cloître

  • Le cloître  » Click to zoom ->

    Le cloître

  • Le cloître  » Click to zoom ->

    Le cloître

  • Le cloître  » Click to zoom ->

    Le cloître

  • Le retable  » Click to zoom ->

    Le retable

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, via turonensis puis Camino Norte

Première étape < | Liste des étapes | > Dernière étape

La fargussienne
Commentaire
Jesus Otero
Commentaire #1 du : Thu 02 December 2010, 10:13:23
J'avoue mon ignorance et merci pour la découverte de J. Otero... et l'envie d'aller passer du temps à Santillana !
Pierre
Commentaire
Pour La Fargussienne
Commentaire #2 du : Thu 02 December 2010, 14:06:29
Bonjour,
A mon tour d'avouer que sur place je n'ai pas beaucoup approfondi ma connaissance de ce Jésus ...
Robert SALINGUE
Commentaire
Carnets de route Saint-Jacques-de-Compostelle
Commentaire #3 du : Sat 11 December 2010, 09:07:53
Bonjour,

j'ai 49 ans, j'habite l'Isle sur la Sorgue ( 84 ).
J'ai lu vos deux carnets de route 2008 et 2009.
C'est passionnant ! L'idée de partir me trotte dans la tête depuis un petit moment déja, mais là j'ai des fourmis dans les jambes.
Beaucoup trop de questions à vous poser...
Pierre
Commentaire
Bonjour Robert
Commentaire #4 du : Sat 11 December 2010, 09:26:18
Merci de m'avoir accompagner jusqu'ici.
Si ça vous trotte dans la tête cela finira par se faire.
N'hésitez pas pour les questions.
zakanoi
Commentaire
passage
Commentaire #5 du : Mon 17 January 2011, 09:23:34
Bonjour

Aprés le chemin francès en 2009 je pars au moi de mai pour Santander et rejoindre Santiago.
j'ai vu dans le guide que l’étape Santander Santillla de la mar pouvait être raccourci en passant par le pont de chemin de fer .
es ce vraiment dangereux ?
j'attends la suite
¡ buen camino !
Pierre
Commentaire
RE : passage
Commentaire #6 du : Mon 17 January 2011, 10:41:33
Bonjour,
Ce raccourci est recommandé par l'équipe du refuge de Güemes et même s'il insistent avec raison sur les précautions à prendre pour arriver en entier de l'autre côté on peut en déduire qu'il n'y a jamais eu de problème. Peut-être que dans mon récit j'ai un peu mis l'accent sur une ambiance "dramatique", mais c'est vrai que nous n'en menions pas large et que nous étions presser d'en finir avec cette portion du trajet. Plus de peur que de mal !
Buen Camino !
Pierre jacquet de lyon
Commentaire
départ de Boo de Pielago
Commentaire #7 du : Tue 15 January 2013, 14:21:02
Bonjour, une petite astuce pour faire Boo de Pielago Mogro, il faut prendre le train (ce qui évite de marcher au bord de la voie ) très dangereux sur le pont. Les controleurs tolèrent les pèlerins gratuitement à condition de rester debout dans le sas, il faut deux minutes au train, pour ensuite descendre à Mogro (il y a un train toute les heures)Cordialement.
Pierre
Commentaire
RE : départ de Boo de Pielago
Commentaire #8 du : Wed 16 January 2013, 09:26:29
Bonjour Pierre,
Merci pour ces renseignements, c'est vrai que la traversée du pont en suivant les voies est très inquiétante même si elle est conseillée par les hospitaleros de Guemes.
Cordialement

Ecrire un commentaire

  • Les champs indispensables sont marqués avec le caractère *.

Si vous avez des problèmes pour lire le code, cliquez sur le code pour en générer un autre.
Recopier le code de sécurité anti-spam ci-dessus :
 
Tous droits réservés Pierre ALGLAVE. Utilisation et reproduction interdites sans accord préalable.
Haut de page