La Caridad sur Pierre-Alglave.com

D'Auffargis dans les Yvelines à Saint Jacques de Compostelle par le chemin de la côte

51ème jour : La Caridad (33 kilomètres)

La Caridad

 

Jeudi 08 octobre
Une fois arrivé à La Caridad :
- j'aurai parcouru 1581 kilomètres
- il en restera 217 à faire.

Jeudi 8 octobre, il est un peu plus de 8h, il fait nuit, il ne pleut pas mais à tout hasard j'ai mis la cape, je viens de quitter l'auberge de La Almuña en direction de Luarca à 4 km puis ce sera La Caridad, la prochaine auberge à une distance raisonnable, 33km, il y en a bien une autre à Piñera, mais 17 km ce serait vraiment trop près. Kristine est partie avant moi. Hier soir on s'est raconté un peu plus. Elle a autrefois étudié le français et si elle ne le parle pas aisément elle le comprend assez bien, ce qui facilite nos échanges. Elle a une quarantaine d'années et fait beaucoup de vélo ce n'est donc pas surprenant qu'elle soit en forme. J'ai appris qu'à Santonia elle avait croisé Christian qui lui a parlé de moi et, le connaissant, il a dû être élogieux. Cela doit être comme dans les westerns, le jeune joueur de gâchette vient se mesurer à l'ancien … pour le descendre. Elle en est à son 18ème jour et elle a envie de marcher, elle a besoin de marcher, de se surpasser, de faire des longues distances et elle y arrive très bien, quant à moi après 50 jours j'aime toujours marcher mais je n'en ai plus vraiment besoin, j'ai désormais trouvé mon rythme, d'accord pour les grandes étapes mais pas forcément à un tempo d'enfer. Il est probable que nous retrouverons ce soir.

Mes chaussures s'avèrent trop étroites et mes petits orteils sont désormais tous les deux surmontés d'un cor. Je les ai charcutés hier soir pour essayer de les éliminer, résultat ce matin ils me font mal mais ça va passer il suffit d'attendre un peu.

Luarca est un joli petit port mais il fait encore trop sombre pour vraiment en profiter. Après un petit détour dans la ville le chemin regagne le plateau et offre une belle vue d'ensemble. Il y a un peu de ciel bleu, j'enlève mon gilet et la cape que j'accroche sur le sac. Je respire mieux et s'il se met à pleuvoir ce ne sera pas très long à installer.

11h, défense de rire, je me suis encore perdu ! Il faut dire que le guide indiquait «  abandonner le sentier pour couper à travers champs ... ». J'ai dû couper trop généreusement. Le doute à commencé à sourdre quand en plus de l'absence de balisage j'ai dû me frayer un passage à travers un épais barrage de toiles d'araignées constellées de rosée, tendues à travers des herbes hautes et détrempées qui n'avaient visiblement pas été foulées depuis longtemps. Je décide de rejoindre une petite route que j'aperçois au loin. Surtout ne pas s'étaler : je patauge dans le purin répandu dans les champs. Enfin du goudron ! Un pépé m'attend, goguenard : « Comment avez-vous fait pour vous perdre ? ». Sans attendre ma réponse et sans me demander où je vais il pointe la route sur la droite avec sa canne, « A la première maison sur la gauche vous trouverez une coquille ». Puis il reprend tranquillement son chemin, le pèlerin égaré fait partie de son quotidien.

Sur le chemin une ville assez importante, Navia, où j'ai prévu de faire un arrêt dans un bar pour un petit bocadillo. Je néglige plusieurs bars qui ne me paraissent pas assez sympathiques et je me retrouve face au port où les prix pratiqués sont dissuasifs. Je les traite par le mépris et du coup j'arrive à 15h30 à l'auberge de La Caridad le ventre pratiquement vide : je n'avais plus qu'une pomme sur moi. J'y suis accueilli par François et Antoine, deux Français qui me proposent un café ou plus exactement de l'eau chaude pour me faire un café. Ils sont équipés d'un thermo-plongeur (aussi appelé bite chauffante !) avec lequel ils préparent leurs repas au bain-marie ce qui les rend indépendants des équipements parfois sommaires des cuisines des refuges, il leur suffit d'une prise. Je profite de l'offre.

Ils sont un peu plus âgés que moi ; ils se connaissent depuis longtemps et vont tous les deux à Saint-Jacques : François arrive de la région de Blois et a été rejoint à Bayonne par Antoine qui s'est payé une énorme ampoule sous le talon ce qui a créé un déséquilibre et du coup il a une belle tendinite au genou opposé. Il galère. A chaud, aidé de ses bâtons de marche, ça va mais à froid sa jambe refuse de le porter et il est presque obligé de marcher à quatre pattes. A quelqu'un qui lui disait que soit il était fou soit il était courageux il aurait répondu que cela devait être un petit mélange des deux. Ce sont des habitués du Chemin, ils ont déjà été à Santiago en 1996 et en 2006. En 96 c'était plus convivial, plus aventureux, c'étaient encore les temps héroïques où quelques prêtres se démenaient avec presque rien pour faire tourner la machine mais il y avait aussi des escrocs qui profitaient de la carence générale pour vendre à prix d'or hébergement minable et nourriture indigeste. Eux aussi ont utilisé le mot lassitude, il faut dire que cette fois il doit leur tarder de voir le bout du Chemin, et ils ont convenu avec moi que quelques soient les circonstances la première fois reste la plus belle.

Vers 16h30 est arrivée Kristine, elle s'est arrêtée une bonne heure sur la plage de Luarca pour attendre le lever du jour, une contemplative... active.

Le gîte est grand mais dans un état pitoyable, la plupart des sommiers ont quelques lattes brisées. Kristine qui à son habitude voulait s'isoler dans le second dortoir y a renoncé, une humidité verdâtre recouvre les murs qui suintent et le plafond est lépreux. Pas de risque de voir débarquer les « pèlerins avec valises à roulettes » dont se plaignaient mes compagnons il y a un instant.

Après cette journée de jeûne je me réjouissais d'avance du bon repas que j'allais m'offrir dans un bon restaurant, j'étais prêt à faire un petit effort budgétaire compte-tenu des économies forcées de la journée. Mais rien à part des hamburgers. Heureusement il y avait un supermarché, autant se faire son sandwich soit même ; j'y ai ajouté une bonne bouteille à partager. Antoine est sous anti-inflammatoire, François par solidarité ne boit pas et Kristine était déjà partie pique-niquer sur la plage (dans mon petit tour de ville je n'ai même pas remarqué qu'il y en avait une !) J'ai donc bu à la santé de Christian qui lui ne m'aurait pas laissé seul face à cette épreuve ! Un vin ma foi très bon, un rayon de soleil dans ce trou à rats.

Avant de me coucher j'amadoue mes orteils en leurs offrant un joli petit pansement, ce n'est pas le moment qu'ils se rebellent, demain ce sera Ribadeo, une étape courte mais qui va me faire entrer en Galice, le but est proche.

  • Luarca  » Click to zoom ->

    Luarca

  • Luarca  » Click to zoom ->

    Luarca

  • Horreo  » Click to zoom ->

    Horreo

  • En chemin  » Click to zoom ->

    En chemin

  • Horreo  » Click to zoom ->

    Horreo

  • En chemin  » Click to zoom ->

    En chemin

  • Près d'Otur  » Click to zoom ->

    Près d'Otur

  • Le Chemin  » Click to zoom ->

    Le Chemin

  • Horreo  » Click to zoom ->

    Horreo

  • San Salvador  » Click to zoom ->

    San Salvador

  • Navia  » Click to zoom ->

    Navia

  • Le chemin  » Click to zoom ->

    Le chemin

  • C'est par là  » Click to zoom ->

    C'est par là

  • Fontaine des pèlerins  » Click to zoom ->

    Fontaine des pèlerins

  • C'est encore par là  » Click to zoom ->

    C'est encore par là

  • Arrivée à La Caridad  » Click to zoom ->

    Arrivée à La Caridad

En route pour Rome !
J'ai commencé la rédaction de mon carnet de route sur ma marche en solitaire jusqu'à Rome par la via Francigena.
C'est ICI !
Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, via turonensis puis Camino Norte

Première étape < | Liste des étapes | > Dernière étape

Robert
Commentaire
Lecteur assidu
Commentaire #1 du : Sun 20 March 2011, 17:19:30
Bonjour Pierre,

vous n'êtes pas pieux, moi non plus, juste croyant ( non pratiquant ).

Pour quelle raison etes vous parti la première fois vers compostelle ?

Pourquoi etes vous parti les autres fois ?

Envisagez vous de faire la route d'Arles ?

J'ai 49 ans, j'envisage moi aussi de faire le chemin ( le Puy - Santiago ), pour le coté dépaysement, après tout pourquoi s'extasier devant Pekin-Express alors qu'il est possible de faire cette aventure.
Avez vous fait des mauvaises rencontres?
Avez vous connu des hébergements insalubres ?
La fargussienne
Commentaire
Bandeau
Commentaire #2 du : Sun 20 March 2011, 17:29:38
Publier une telle photographie en bandeau sans nous expliquer où est cette pierre gravée et quelle est sa signification, même si on devine (quel talent !) sa destination, et bien "c'est pas bien", ça laisse trop sur sa faim alors explications please maestro !!!
Pierre
Commentaire
Bonjour Robert
Commentaire #3 du : Sun 20 March 2011, 18:47:27
Éternelle question : pourquoi part-on à Compostelle ?
La première fois sans doute pour un défi personnel. Je ne suis pas croyant ce n'était donc pas cela qui me motivait, c'est bien ce défi de marcher pendant 2 mois. Parcourir une aussi grande distance à pied, à l'ancienne (je parle du moyen de locomotion) était pour moi une aventure extraordinaire et je ne savais vraiment pas si c'était dans mes possibilités, si je pouvais le faire. En second il y avait l'idée de marcher sur les traces de tous ces gens qui m'avaient précédé.
Bien sûr je savais que les conditions logistiques ne seraient pas insupportables mais tout le monde n'a pas la trempe d'aller découvrir seul Tombouctou. Je connais mes limites, c'était une aventure que je pouvais tenter. Au pire j'arrêtais, je n'atteignais pas le but. Ce n'étais pas un grand risque sauf peut-être pour l'ego.
Pour les autres fois c'est dans doute, comme pour toutes les drogues, vouloir retrouver les émotions de la première fois, ce qu'on appelle avoir attrapé le virus.
Je n'ai fait aucune mauvaise rencontre. Il y a bien sur comme dans toute population une proportion de "con" mais elle était particulièrement faible, et on est toujours le con de quelqu'un d'autre.
Des hébergements insalubres ? Pas vraiment, je ne suis pas rentré malade. Sur la voie de la Plata j'ai attrapé des puces, mais je m'en suis remis. C'est quelques fois un peu limite mais c'est une petite part d'aventure, d'imprévu et puis en dernière extrémité ce n'est pas le désert, il y a des hôtels.
De toute façon, Buen Camino, ça vaut le coup !
Pierre
Commentaire
RE : Bandeau
Commentaire #4 du : Sun 20 March 2011, 18:58:40
Bonjour la fargussienne,
Toujours curieuse !
L'église de Santiago de Luarca est un peu à l'écart de la ville et, de même que son cimetière, est en ruine. Elle aurait été construite au 16ème siècle. La photo du bandeau en haut de page représente le linteau d'une porte fait à partir du couvercle d'un sarcophage dont les coquilles et l'épée laissent penser qu'il s'agissait de la tombe d'un cavalier en pèlerinage vers Saint-Jacques. C'est ce qu'on peut appeler l'art d'accommoder les restes.
Ze fargussienne
Commentaire
Bandeau
Commentaire #5 du : Mon 21 March 2011, 21:02:30
Merci, pour moi ce type d'explications en très important car faisant partie de la part de rêve. A partir d'un détail, aussi précis que celui-ci, on échafaude l'histoire de ce pèlerin (enfin, quand on a l'imagination galopante, et je m'y connais !!!). Donc, merci et surtout ne rien oublier au prochain récit ;o)
Pierre
Commentaire
RE RE :Bandeau
Commentaire #6 du : Mon 21 March 2011, 21:06:07
A votre service Mrs Ze fargussienne.
Jean-Claude
Commentaire
Re: La Caridad
Commentaire #7 du : Thu 14 April 2011, 18:58:49
Bonjour Pierre,
Ah ben voila, on est au moins 4 à penser que "la première fois reste la plus belle!"...
Je parle du chemin "of course".
J'ai amplement préféré mon chemin de 2005 que celui de 2010. Pourtant 5 ans d'intervalle, il y a de l'espace!.... peut-être trop long pour moi?

Apparemment le Norte a l'air plus sympa que le Primitivo (qui n'a plus rien de primitif.)
Pierre
Commentaire
Bonjour Jean-Claude
Commentaire #8 du : Thu 14 April 2011, 19:04:44
D'après ce que disait Christian le Primitivo a des dénivelés plus importants et il avait parfois marché dans une vraie purée de pois mais il avait bien aimé l'ambiance des refuges. En fait il suffit quelque fois de pas grand chose pour faire basculer une impression du côté sympa ou non, et la fatigue et les rencontres jouent pour beaucoup.
Le prochain 2015 ?

Ecrire un commentaire

  • Les champs indispensables sont marqués avec le caractère *.

Si vous avez des problèmes pour lire le code, cliquez sur le code pour en générer un autre.
Recopier le code de sécurité anti-spam ci-dessus :
 
Tous droits réservés Pierre ALGLAVE. Utilisation et reproduction interdites sans accord préalable.
Haut de page